ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  
CITATION
de Allah à Zarqawi
 

 Home  

 

 

Sections


Allah & Mahomet

 
Avant son entrée en politique, Mahomet n’eut que la riche Khadija comme épouse, son aînée de quinze ans. Aucun de ses enfants de sexe mâle ne survit, ce qui, dans la société bédouine, est un signe d’impuissance (abtar) et d’opprobre. Il est certain que cette descendance exclusivement femelle fut mal ressentie par Mahomet, et que ce dernier, les premiers succès aidant, chercha à placer nombre d’épouses et de concubines dans son lit. 
 
Certes, la société arabe païenne pré-islamique autorisait la polygamie, mais il faut bien garder en esprit que Mahomet se revendiquait comme un monothéiste proche des juifs, non comme un païen. D’ailleurs Mahomet rejetait de nombreuses coutumes païennes, telles les "flèches du sort" citées dans le Coran (s.5, v.92), et avait adopté les mœurs juives de l’époque, ainsi leurs interdits alimentaires (s.5, v.4). Or les juifs refusaient la polygamie. Par conséquent Mahomet avait probablement conscience de se contredire lui-même en admettant la polygamie, cette coutume païenne qu’il aurait dû logiquement haïr, et son entourage d’origine juive devait s’en étonner. Pour régler ce petit problème diplomatique, une autorisation spéciale fut gracieusement accordée par Allah à Mahomet pour que ce dernier puisse épouser plusieurs femmes. Aussi de nombreuses femmes passèrent dans sa couche, parfois contre leur gré comme Marie, la captive copte.  
 
Concernant le sexe, Mahomet ne connaissait ni règles ni contraintes. En effet, même si la plupart de ses mariages répondaient à un intérêt politique pour se concilier des alliances avec d’autres clans, le pouvoir de son seul désir s’exprima en de maintes occasions, comme l’illustre son aventure avec Zainab, la femme de son propre fils adoptif Zaid. Pour se justifier contre toute accusation d’inceste, Mahomet inventa une histoire incroyable où il reçut l’ordre divin de l’épouser. Selon l’Islam, un jour qu’il aperçut Zainab, Mahomet fut ébloui par sa beauté, et tout confus il rentra chez lui. Allah, qui fait décidément bien les choses, lui demanda alors de la prendre comme épouse, sans qu’on ne sache vraiment pourquoi. Mais encore prisonnier de ses scrupules, Mahomet aurait demandé la permission à Zainab qui aurait trouvé l’idée tout à fait ingénieuse, bien évidemment, puis à son fils Zaid qui accepta joyeusement de divorcer pour répondre au désir légitime de son père…  
 
Les penchants sexuels de Mahomet rejoignent parfois le sordide. En effet, il épousa également Aïsha quelques mois avant l’Hégire, alors que lui avait passé la cinquantaine et qu’elle-même n’avait que… 6 ans. Fort heureusement, le prophète attendit sagement ses 9 ans avant de la pénétrer sexuellement. Puis Aïsha devint l’épouse préférée de Mahomet, détail qui révèle ses goûts très intimes. Ces faits incroyables sont relatés dans l’un des textes officiels de la tradition islamique, le hâdith 67 39. Dans certains pays appliquant la charia, cette histoire scabreuse avec une fillette de 9 ans fixe l’âge légal du mariage islamique. Soulignons que si Mahomet avait créé sa religion à notre époque, toute la presse se serait déchaînée contre lui en l’accusant d’être un affreux gourou pédophile…  
 
Contrairement à la pudeur chrétienne, l’Islam ne rejette d’ailleurs pas les joies du sexe pour le croyant tué au combat. Arrivé au paradis en effet, le combattant musulman se voit accordé de nombreuses houris « aux gros yeux », ou vierges célestes, pour son bon plaisir. Les fantasmes d’une copulation éternelle imprègnent jusqu’à l’esprit des terroristes islamistes qui, dans leur esprit malade, enveloppent soigneusement leurs parties génitales avant de s’exploser. Pourtant ils devraient pouvoir s’en passer, car l’Islam donne même des détails pornographiques sur les détails du pénis dont seront heureusement dotés les croyants au paradis, ainsi un phallus « lisse comme un œuf ».
 
(Source : sos-islam)

 
 
 
 
 
L’ISLAM ENFIN DÉNONCÉ 
 
 
 
Les musulmans sont de plus en plus, ils seront de plus en plus, ils veulent de plus en plus, ils voudront de plus en plus, et ceux qui aujourd'hui vivent sur notre territoire ne peuvent être considérés que comme des pionniers. Donc négocier avec eux est impossible. Raisonner avec eux, impensable. Les traiter avec indulgence ou tolérance, ou bien espoir, un suicide.  
(…)  
Quel sens y a-t-il à respecter ceux qui ne nous respectent pas ? Quel sens y a-t-il à défendre leur culture ou présumée culture alors qu'ils méprisent la nôtre ? Je veux défendre la nôtre, pardieu, et je vous informe que Dante Alighieri me plaît plus qu'Omar Khayyâm.  
(…)  
Ecoutez-moi bien car, malgré ce que j'ai dit sur la collision culturelle, intellectuelle, religieuse, morale, politique, en bref pas militaire, maintenant je vous dis : 'Guerre vous avez voulue, guerre vous voulez ? D'accord. En ce qui me concerne, que guerre soit. Jusqu'au dernier soupir  
(…) 
La collision entre les pays musulmans et nous n'est pas militaire. Elle est culturelle, intellectuelle, religieuse, morale, politique...  
Je suis en train de dire que, exactement parce qu'elle est très précise et bien définie depuis des siècles, notre identité culturelle ne peut pas supporter une immigration composée de personnes qui, d'une façon ou d'une autre, veulent changer notre système de vie. Nos principes, nos valeurs. Je suis en train de dire que chez nous il n'y a pas de place pour les muezzins, les minarets, les faux abstèmes, le foutu tchador, l'encore plus foutu bourkah.  
 
(Oriana Fallaci, "La rage et l’orgueil" Plon 2002)  
 
 
 
Ce que la corne est au rhinocéros, ce que le dard est à la guêpe, la foi mahométane l'est aux Arabes. 
 
(Winston Churchill) 
 
 
 
Et l'Islam pose un problème spécifique dans la mesure où on a le sentiment que certains de ses représentants le perçoivent, de plus en plus, comme une communauté qui doit d'abord affirmer ses revendications et qui ne reconnaîtra sa francité que le jour où celles-ci seront satisfaites. Cette attitude qui consiste à dire "Nous vous aimerons à partir du moment où vous serez comme nous le voulons" doit cesser. C'était tout l'enjeu de la guerre en Irak. "Nous n'allons plus siffler l'équipe de France, parce que la politique de Chirac est conforme à nos volontés", ont dit certains. Il y a eu des moments où la politique française a été douloureusement ressentie par les Juifs, mais ceux-ci ne se livraient pas à cette sorte de chantage. Ils ne prenaient pas cette posture d'extériorité. 
 
(Alain Finkielkrau, juin 2003) 
 
 
 
Et puis, Delbecque, vous nous voyez mélangés avec des Musulmans ? Ce sont des gens différents de nous. Vous nous voyez mariant nos filles avec des Arabes ? 
 
(Charles de Gaulle) 
 
 
 
Le problème séminal pour l'Occident, ce n'est pas le fondamentalisme islamique.  
C'est l'islam... 
 
(Samuel Huntigdon, ‘’le Choc des civilisations’’) 
 
 
 
Je suis un peu islamophobe, ça ne me gêne pas de le dire . J’ai le droit, je pense ( et je ne suis pas le seul dans ce pays), à penser que l’Islam, (je dis bien « Islam », je ne parle même pas des islamistes) en tant que religion, apporte une certaine débilité  
(…)qui en effet me rend islamophobe. Il n’y a aucune raison, sous le prétexte de la tolérance, (…) de s’abaisser jusqu’à renier des convictions profondes. 
 
(Claude Imbert, 24 octobre 2003) 
 
 
 
Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d'un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu'il apprend à l'ecole, ses coutumes, ses habitudes et jusqu'à ses pensées les plus intimes. L'ISLAM, CETTE THEOLOGIE ABSURDE D'UN BEDOIN IMMORAL, EST UN CADAVRE PUTREFIE QUI EMPOISONNE NOS VIES.  
 
(Mustapha Kemal "Atatürk") 
 
 
 
En face de la bienveillance universelle du bouddhisme, du désir chrétien de dialogue, l'intolérance musulmane adopte une forme inconsciente chez ceux qui s'en rendent coupables ; car s'ils ne cherchent pas toujours, de façon brutale, à amener autrui à partager leur vérité, ils sont pourtant (et c'est plus grave) incapables de supporter l'existence d'autrui comme autrui. 
 
(Claude Lévi-Strauss, ‘’Tristes tropiques’’, 1955)  
 
 
 
Devant l'intérêt de plus en plus suscité dans certains pays par l'Islam, il convient de rappeler que la religion musulmane interdit strictement la consommation de l'alcool.  
 
(Stanislaw Jerzy Lec) 
 
 
 
Referme ton Coran. Pense et regarde librement le ciel et la terre. 
 
(Omar Khayyâm) 
 
 
 
Quand vous êtes un converti à l’islam vous devenez transparent, culturellement vide. 
 
(Naipaul, prix Nobel indien de littérature, 17 juillet 1998) 
 
 
 
Parmi les religions, l’islam doit être comparé au bolchevisme plutôt qu’au christianisme ou au bouddhisme. Le christianisme et le bouddhisme sont avant tout des religions personnelles, avec des doctrines mystiques et un amour de la contemplation. L’islam et le bolchevisme ont une finalité pratique, sociale, matérielle dont le seul but est d’étendre leur domination sur le monde. 
 
(Bertrand Russell, scientifique et philosophe pacifiste, Prix Nobel 1950) 
 
 
 
Il y a une menace musulmane contre l'Europe chrétienne, elle se développe lentement et pourrait encore être stoppée. 
 
(Sir Alfred Sherman)
 
 
(c) nemo le Capitaine - Made with the help of Populus.org.
Last modified on 14.05.2005
- Already 1532 visits on this website!